Foire aux questions
Graphique avec point d’interrogation

Questions probables sur l'IMCI

Étalonnage de l’IMCI et données d’études sur l’IMC

Pourquoi l’IMCI utilise une échelle de 70 points ?

Pour des raisons de facilité d’emploi. Les dizaines indiquent la classe de poids. Ainsi, toutes les valeurs commençant par un « 3 » indiquent un « poids normal » et sont affichées dans la « plage verte » du graphique. Les « 4 » et « 2 » correspondent respectivement à un surpoids et à un poids insuffisant modérés et sont affichés en « jaune » ; les « 5 » et « 1 » correspondent respectivement à un surpoids et à un poids insuffisant marqués, et sont affichés en « orange ». Les unités représentent votre position dans la classe de poids. Exemple : Un IMCI de 45/70 correspond exactement au milieu de la classe de surpoids modéré.

Pourquoi ne pas prendre simplement 35 au lieu de 35/70 ?

Afin d’éviter toute confusion. Une valeur IMCI de 35 (poids normal) pourrait être confondue avec un IMC de 35 (obèse). Si vous le souhaitez, vous pouvez calculer cet IMCI de 35/70 sous forme d’un seul chiffre, à savoir 0,5 ou 50 %, ce qui indique que la valeur obtenue est exactement au milieu de l’échelle de mesure. Les valeurs inférieures ou supérieures à 50 % signifieront normalement que le poids est inférieur ou supérieur à la moyenne, respectivement.

Les courbes du graphique reflètent-elles exactement les résultats des études sur l’IMC ?

Oui et non. Tant que je disposais de résultats fiables provenant des études sur l’IMC, j’ai maintenu une correspondance aussi étroite que possible entre les courbes et les résultats des études. Plus les données étaient rares, notamment dans le cas de personnes très âgées, moins les résultats des études étaient fiables et pouvaient être contestés. Dans ces cas, j’ai décidé de privilégier le bon sens plutôt que les données.

Par exemple, si on respectait strictement les données, les courbes affichées devraient prendre une forme ascendante bizarre vers le bord du graphique sur la partie droite. Toutefois, cela ne signifierait en aucune façon que des valeurs IMC élevées constituaient un risque faible pour la santé chez les personnes très âgées. Cela traduirait juste le fait que ces personnes très âgées sont susceptibles de mourir bientôt et que l’influence de l’IMC n’est plus à prendre en considération. J’ai donc étalonné la calculatrice de manière à supposer que même des personnes très âgées pourraient encore vivre dix ans de plus, afin de ne pas sous-estimer leur risque pour la santé, que leur poids soit inférieur ou supérieur à la moyenne.

Pourquoi les bandes jaunes et orange en bas sont plus étroites que celles en haut ?

Pour la raison suivante : lorsque la perte de poids dépasse le seuil inférieur normal, la réserve restante se réduit de plus en plus jusqu’au point où un état dangereux est atteint. Quelques kilos peuvent faire une énorme différence dans ce cas.

Différences entre l’IMCI et la classification des poids par l’OMS

Est-ce que l’IMCI ne surestime pas le risque pour la santé de l’obésité chez les jeunes ?

Le risque pour la santé d’un IMCI de 60/70 correspond à un risque pour la santé d’un IMC de 40 dans la classification de l’OMS. Un jeune âgé de 20 ans pourrait déjà atteindre ce niveau de risque avec un IMC de 33 ou 34. Cependant, nous devons d’abord tenir compte du fait qu’en matière d’obésité chez les jeunes, il existe un risque très élevé de grossir encore plus. Deuxièmement, plus le contrôle du poids est précoce, plus les chances seront grandes et meilleurs seront les bénéfices possibles. Troisièmement, les résultats des études montrent que les effets négatifs de l’obésité à long terme sont plus prononcés chez les jeunes que chez les personnes âgées.

Dans le cas des personnes jeunes et obèses, la prévention d’une prise de poids encore plus grande est plus importante que la perte de poids. Par conséquent, la calculatrice encourage l’utilisateur à conserver un poids stable, même s’il est élevé, en lui offrant la perspective d’une baisse marquée de l’IMCI au cours des années suivantes : notre jeune de 20 ans et ayant un IMC de 33 perdra environ 8/70 de sa valeur IMCI à l’âge de 30 ans.

Est-ce que l’IMCI ne sous-estime pas le risque pour la santé des personnes âgées qui sont en surpoids ?

Pas du tout, parce que les données dans ce cas sont très fiables. Une personne âgée de 60 ans avec un IMC voisin de 25 (classifié par l’OMS comme étant en surpoids) obtiendra un IMCI très satisfaisant d’environ 36/70. Le risque pour la santé attribuable à cette valeur d’IMCI est quasiment inexistant, quel que soit l’âge, mais encore plus à l’âge de 60 ans.

Est-ce dû au fait que les fumeurs minces meurent plus jeunes ?

Non. Les données utilisées pour l’étalonnage proviennent uniquement de personnes n’ayant jamais fumé et ne présentant de maladies avérées au début de l’étude. Ainsi, deux inconvénients importants dans le fait d’être mince (qui auraient pu aboutir à un « faux avantage » d’être gros) ont été exclus.

Est-ce que l’IMCI ne surestime pas le risque pour la santé des personnes âgées présentant un poids insuffisant ?

Devons-nous considérer qu’un « poids normal » établi par l’OMS avec un IMC de 19 est parole d’évangile pour tous les âges ? Non, et cela pour trois raisons. Premièrement, lorsqu’on est âgé, la perte de poids est un signe typique de fin de vie. Deuxièmement, les données des études sur l’IMC chez les personnes âgées sont trop insuffisantes pour tirer des conclusions fiables sur le risque pour la santé que représente un poids insuffisant. Troisièmement, la courbe de risque zéro se base sur des données suffisamment fiables et elle conserve une tendance ascendante même au stade de la vieillesse. Ma première préoccupation consiste à ne pas minorer les risques pour la santé possibles chez des personnes ayant un poids insuffisant. Par conséquent, les courbes dans la partie inférieure du graphique IMCI suivent la courbe verte à une distance à peu près égale de la jeunesse à la vieillesse.

Pourquoi le risque de surpoids est-il rarement très élevé chez les personnes âgées ?

La raison la plus probable est qu’il y a un risque généralement plus grand de mauvais état de santé au fur et à mesure que nous vieillissons. Les causes possibles d’un mauvais état de santé augmentent avec l’âge et leur probabilité est donc également en hausse. Le surpoids et l’obésité peuvent faire une différence, mais celle-ci va s’estomper graduellement au fil des ans.

Dans les cas où un groupe de personnes en surpoids a atteint un grand âge, il devient évident que ce risque n’existe pas dans ce cas précis même si le fait d’être en surpoids est considéré comme un facteur de risque de décès précoce. Autrement dit, une sélection a déjà eu lieu par le passé lorsque le surpoids avait déjà fait sa part de dégâts, le cas échéant. Une explication possible : Si elle a de bons gènes, une personne peut atteindre un âge très avancé, même si elle est obèse.

Différences selon le sexe

Pourquoi l’IMCI peut être de 45/70 pour un homme mais seulement de 43/70 pour une femme du même âge et ayant le même IMC ?

Je vois deux explications possibles. La première est que le pourcentage de masse grasse est normalement plus élevé chez la femme que chez l’homme. La deuxième concerne le schéma de répartition de la masse grasse dans le corps.

Chez la plupart des hommes âgés de 25 à 40 ans, la graisse représente environ 10 à 18 % de la masse corporelle. Chez la plupart des femmes de la même tranche d’âge, le pourcentage de masse grasse est compris entre 20 et 27 %. Autrement dit, le corps féminin est habitué biologiquement à faire face à une plus grande proportion de dépôts adipeux, sans subir de conséquences négatives pour la santé. Lorsque des hommes et des femmes enregistrent la même augmentation de masse grasse (en kg), l’augmentation relative (exprimé en pourcentage de la masse grasse initiale) est plus grande chez les hommes que chez les femmes. Cela est associé à un risque pour la santé plus grand et donc à un IMCI plus élevé.

Lorsque les femmes grossissent, la masse grasse se dépose généralement sous la peau en haut du corps, au niveau des fesses et des cuisses. Chez les hommes, la graisse s’accumule principalement au niveau du ventre et en profondeur. Cette graisse abdominale est plus nocive que les dépôts de graisse dans d’autres parties du corps, comme cela a été démontré par de nombreuses études.

Pourquoi l’IMCI peut être de 24/70 chez une femme mais seulement de 16/70 chez un homme du même âge et ayant un IMC identique ?

Tous les deux sont en situation de poids insuffisant, apparemment au même degré. Pourtant, cela indique seulement un risque modéré pour la santé chez la femme tandis que le risque est élevé chez l’homme.

Je vois une explication simple : la plupart des femmes ont un IMC plus faible que celui de la majorité des hommes. La différence statistique se situe quelque part entre un et deux points d’IMC, en fonction de leur âge. La même différence est également visible au point où le poids insuffisant devient critique.

Et voici une explication plus détaillée : les femmes, en général, ont moins de muscles que les hommes et leurs réserves de graisse, comme je l’ai mentionné plus haut, sont normalement plus importantes. L’amaigrissement présente un risque faible pour la santé tant qu’une certaine proportion de graisse corporelle est conservée. La plupart des hommes qui maigrissent démarrent avec une masse grasse plus faible et atteignent donc le seuil critique plus rapidement que les femmes.

D’autres questions ?

Veuillez les transmettre à : bachmann (arobase) gesundheit (point) ch

Christian Bachmann, webmestre

Sommaire

Calculer

Masse corporelle

À propos de cette calculatrice

Mentions légales

Thumbnail image

Auteur, webmestre, experts, remerciements, copyright et aspects commerciaux.

En savoir plus

Visiteurs

17 millions jusqu'en juillet 2018

fermer le menu

Sommaire

Calculer

Masse corporelle

À propos de cette calculatrice

Visiteurs: 17 millions jusqu'en juillet 2018